Feeds:
Articles
Commentaires

Tribune du groupe des élu-es communistes / FDG pour le Rouen Mag du 18 octobre.

Alors que l’impôt des plus riches se voit « allégé » de 3,5 milliard, le gouvernement veut imposer une nouvelle et brutale baisse de l’APL de 60 euros par mois réalisant une économie de 1,4 milliard sur le dos des locataires des seuls Hlm. Pour ne pas supporter le mécontentement de cette mesure, il est imaginé d’imposer aux organismes HLM de réduire les loyers des bénéficiaires du même montant. En fait cette diminution de la quittance serait sans aucun gain pour le pouvoir d’achat des locataires mais mettra en péril la trésorerie des bailleurs, comme Rouen Habitat, réduisant fortement leurs moyens pour l’entretien, la rénovation et la construction des logements. Au final c’est la double peine pour les locataires et les demandeurs de logement car une fois l’APL réduite durablement, les loyers eux repartiront à la hausse avec des logements mal entretenus. Face à cette menace, sur notre proposition, une motion demandant le maintien de l’APL et des moyens du logement social a été adoptée par le conseil municipal. Les élus de droite ont refusé de la soutenir, démontrant que la politique injuste du « Président des riches » trouve son inspiration à droite.

Publicités

OUI au repos dominical

Intervention d’Anne Émilie Ravache au Conseil Municipal du 2 octobre 2017.

ae.ravache

La délibération que vous nous proposez d’adopter concerne non pas 5, non pas 7 mais 8 ouvertures dominicales pour 2018.

L’an dernier nous étions déjà passés de 5 à 7 dimanches. Vos arguments, alors, étaient que le 24 et le 31 décembre étaient des dimanches et qu’il était très important pour les commerçant-es rouennais de travailler ces jours-là. Nous nous étions alors exprimés contre, non convaincus par ces arguments.

Ce vote contre n’est pas une position dogmatique, comme certains veulent le penser, mais bien une défense de la qualité de vie des commerçant-es et employé-es de commerces rouennais. Lire la suite »

Motion présentée par le groupe Communiste/FDG

Conseil municipal du lundi 2 octobre 2017

C’est le scénario du pire pour le modèle du logement social de notre pays qui  s’annonce, menacé par les mesures inefficaces et profondément injustes que le gouvernement veut imposer sans véritable concertation avec les professionnels et les acteurs du secteur HLM. Dans le même temps il ouvre les vannes pour les investisseurs privés, les incitations fiscales et l’assouplissement des normes sont brandis comme une formule magique et fleurent bon la logique libérale.

Les ménages les plus modestes sont déjà depuis le 1er octobre les premières victimes de la diminution des aides personnalisées au logement (APL). Ce ne sont pas moins de 6,5 millions de bénéficiaires qui voient baisser leur pouvoir d’achat. A ceux qui estiment qu’une baisse de 5€ est anecdotique, qu’ils renouent avec les réalités sociales de notre pays : une personne au RSA, une fois les dépenses courantes déduites, ne dispose que de 58 euros par mois pour vivre, moins de 2 euros par jour. Lire la suite »

Tribune du groupe des élu-es communistes / FDG pour le Rouen Mag du 27 septembre.

En plein cœur de l’été, l’annulation sans préavis du renouvellement de dizaines de milliers de contrats aidés renvoie à une décision d’une violence sociale inédite. Cette mesure « menace les actions de dizaines d’associations rouennaises et est inacceptable sur la forme et sur le fond » a déclaré notre collègue Manuel Labbé, adjoint au maire en charge de la vie associative. Celles-ci œuvrent au quotidien pour une proximité sociale, sportive, culturelle, environnementale, et déploient une véritable activité de service public (lui-même menacé par les baisses de Dotations de l’Etat aux collectivités). Si ces contrats aidés ne réglaient pas la lourde question du chômage de masse, ils répondaient à des situations individuelles chaque jour plus précaires et à des actions que notre Ville met en œuvre pour le bien collectif. De telles décisions compromettent le retour à l’emploi de nombreuses personnes et le fonctionnement des missions de proximité. Ensemble, il est encore temps de réagir à ces choix politiques lourds de conséquences sur le terrain de la vie sociale quotidienne. Le député Hubert Wulfranc a tiré le signal d’alarme et appelle dans un courrier à résister et à agir aux côtés des maires et des associations.

Tribune du groupe des élu-es communistes / FDG pour le Rouen Mag Action sociale du 29 aout.

Les politiques d’austérité et de chômage conduisent à des situations sociales dégradées. Dans ce contexte nos actions et celles du CCAS sont indispensables afin d’accompagner les rouennais, lutter contre les exclusions de toutes sortes et pour plus de justice sociale. Nous avons la conviction que les politiques de solidarité, loin de l’assistanat, sont un investissement pour la qualité du vivre ensemble. Nous agissons pour des tarifications solidaires et justes des services prenant en compte les revenus, que nous souhaitons étendre aux transports et à l’eau gérés par la Métropole, comme celles déjà mises en place pour la restauration et le périscolaire. Notre engagement fort pour la construction de logements sociaux dans tous les quartiers participe au droit au logement tout comme la rénovation des HLM en veillant à la maîtrise des loyers. Les investissements liés à l’accessibilité permettant l’autonomie et la participation à la vie locale des personnes à mobilité réduite doivent être renforcés. Agissons aussi pour défendre la présence des équipements et services publics, notamment postal, dans tous les secteurs de la ville pour garantir l’égalité dans l‘accès aux droits.

Le Président des riches !

Tribune du groupe des élu-es communistes / FDG pour le Rouen Mag du 22 aout.

A ceux qui en doutaient, le gouvernement d’Édouard Philippe confirme qu’il mène bien une politique de droite au service des plus riches. Après la hausse programmée de la CSG, la baisse des APL, les mesures contre les politiques publiques, les fonctionnaires, les collectivités locales, s’accumulent. Ce ne sera pas l’austérité pour tout le monde puisque l’Impôt sur la fortune sera lui diminué de 3 milliards € et les baisses d’impôts bénéficieront en majorité aux 10% les plus riches. Quant à la réforme du code du travail qu’Emmanuel Macron veut imposer, elle prévoit de déconstruire méthodiquement les acquis qui protègent les salariés et de faciliter le recours aux licenciements. Durant l’été les députés communistes et de la France Insoumise s’y sont opposés de toute leur énergie. En cette rentrée l’heure est à la mobilisation, notamment le 12 septembre à l’appel des syndicats, pour faire reculer le gouvernement sur le contenu des « ordonnances » qui seront promulguées. Rendez-vous aussi à la fête de l’Humanité les 15, 16 et 17 septembre, pour débattre et construire l’alternative anti-libérale à gauche.

Motion présentée par le groupe des élu-es Communistes/FDG

Soutenue par les groupes Décidons Rouen et Socialistes

Conseil municipal du vendredi 30 juin 2017

Nous l’avons réaffirmé en septembre 2015 notre ville par les valeurs qu’elle représente et les principes qu’elle défend se veut solidaire et doit être une terre d’accueil pour les réfugiés qui quittent leur pays pour échapper aux conflits et aux persécutions.

« Comment accepter que pour échapper à la mort des milliers de réfugiés se mettent en péril et finalement meurent aux portes de l’Europe ? », s’indignait au nom de notre conseil notre Maire Yvon Robert en rejoignant le réseau des villes solidaires. Le fronton et le hall de notre Hôtel de ville témoignent de la permanence de cet engagement solidaire.

Ces dernières années Rouen a ainsi accueilli des familles aujourd’hui intégrées dans leur environnement ainsi que des demandeurs d’asile et réfugiés dans la résidence du Hameau des Brouettes et le gymnase Colette Yver. De nombreuses associations de citoyens apportent elles aussi une aide précieuse facilitant l’accès au logement, l’accompagnement social personnalisé et la scolarité des enfants.

Ces dernières semaines à plusieurs reprises des campements précaires de nouveaux réfugiés, somaliens, yéménites pour certains en attente de leur demande d’asile ont été signalés sur le territoire de notre ville et fait l’objet de démantèlement par la  police.

Il est à noter que des citoyens indignés et solidaires à la Grand Mare ont tenu à apporter une aide matérielle à ces migrants démunis.

Malheureusement il est à prévoir que de telles situations se répètent en lien avec les
guerres qui se déroulent dans de nombreux pays. Nous tenons à réaffirmer qu’il n’est pas acceptable que dans notre pays des hommes, des femmes et des enfants quels  qu’ils soient se retrouvent à la rue. Les demandeurs d’asile ont des droits fixés par des institutions internationales et ratifiés par les États qui ont la responsabilité de les protéger et de mettre en œuvre une politique d’accueil.

Il faut souligner le travail effectué par les opérateurs de la demande d’asile et le dévouement des associations, des militants, des élu-es qui agissent pour le respect des droits et de la dignité des migrants. C’est eux que le gouvernement doit écouter et appuyer. Les propos récents du ministre de l’intérieur suite à sa visite à Calais ne vont
pas dans ce sens et laissent craindre une volonté d’organiser une crise de l’accueil des
réfugiés. Le défenseur des Droits s’en est inquiété récemment.

Par cette motion notre conseil :

– Demande à Madame La Préfète de mettre en œuvre les moyens financiers ainsi que les locaux afin d’accueillir et héberger avec humanité les demandeurs d’asile durant l’instruction de leurs demandes.

– Réaffirme « Rouen ville solidaire pour l’accueil des réfugiés »