Feeds:
Articles
Commentaires

Intervention d’Hélène Klein pour le groupe des elu-es Communistes / FDG au conseil municipal du 13/03/17

Le PADD est un document cadre qui définit les orientations générales d’urbanisme et d’aménagement retenues pour le développement futur de l’ensemble d’un territoire. Il présente ainsi un projet politique qui doit répondre aux besoins et enjeux de ce territoire en matière d’urbanisme, d’environnement et de développement économique et social. Lire la suite »

Tribune du groupe des élu-es communistes / FDG pour le Rouen Mag du 22 mars.

Le 7 mars, les personnels de Santé défilaient nombreux dans les rues pour dénoncer la situation inquiétante dans laquelle se trouvent les hôpitaux publics ; le CHU de Rouen est confronté à des difficultés croissantes liées aux lois Bachelot et Touraine favorisant des regroupements hospitaliers mastodontes … et la concurrence du secteur privé ! Sur notre territoire, les conséquences sont alarmantes : urgences saturées, personnel épuisé par les heures supplémentaires, délai d’attente, séjour raccourci pour « libérer » des lits, … Nous assistons, en outre, à une désertification médicale urbaine visible dans les quartiers  populaires et même dans le centre-ville avec une raréfaction de certains spécialistes (ophtalmo, gynéco, …). Aujourd’hui se soigner c’est trop loin, trop cher, trop long !Il est urgent de revenir sur la tarification à l’acte ou les déremboursements ; les Législatives devront porter à l’Assemblée des député-es défendant une santé de proximité, une augmentation du nombre de médecins généralistes et spécialistes, aidant ceux qui s’installent dans les déserts médicaux (y compris urbains) et rétablir les moyens pour un Hôpital public de qualité au service de Tous.

1689779_750560548290046_987069526_nJe suis adjointe à Rouen, notamment aux droit des femmes. Le projet « Rouen donne des Elles » vient mettre en lumière les politiques menées tout au long de l’année par la Ville de Rouen en matière d’égalité femmes-hommes sur le territoire. Dans notre pays où les droits à l’égalité entre hommes et femmes sont dans les lois, des inégalités inadmissibles persistent au quotidien : les femmes soient moins payées à travail égal, sont plus touchées par la pauvreté !

La ville de Rouen et moi-même nous nous engageons pour faire évoluer les consciences et les actes. De nombreux projets sont conduits par la mairie et les associations partenaires que nous soutenons pour permettre à notre société de vivre l’égalité réelle !

Quelques chiffres clefs

Depuis 2013 :

70 % des noms de rues ou de lieux attribués à des personnages illustres sont des femmes.

– le fonds des bibliothèques a été enrichi de plus de 200 ouvrages grâce à des crédits dédiés (nombreux documentaires, essais, ouvrages de littérature jeunesse sur les questions de genre, de droits des femmes et sur l’émancipation féminine).

15 000 € par an de subventions sont attribuées à des associations engagées notamment sur l’égalité des femmes et des hommes, les droits des femmes, l’aide aux victimes et l’accompagnement des prostitué-e-s. Les associations aidées sont par exemple le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFFF), le Mouvement du Nid et Femmes Inter Associations Normandie (FIA).

– Au sein des services de la Ville, près de 350 agents ont été formés sur des thématiques allant de la sensibilisation aux stéréotypes de genres aux violences sexistes.

Hélène KLEIN

Tribune du groupe des élu-es communistes / FDG pour le Rouen Mag du 1 mars.

Établir un budget traduisant les engagements de notre majorité devient un exercice de plus en plus incertain. En effet la ville subit une nouvelle fois une réduction des dotations de l’État et ceci pour la 4ème année. Au moment où l’avenir du pays est en débat, nous ne pouvons qu’alerter sur la volonté de certains comme MM Fillon et Macron d’amplifier cette austérité pour les communes afin de financer des avantages fiscaux favorables au patronat et aux plus riches. Si ce budget ne répond pas pleinement aux attentes il traduit une volonté de préserver le service public de proximité, de développer les solidarités et l’attractivité de notre ville, de prendre en compte les questions environnementales sans alourdir la fiscalité locale, ce qui était pour nous une exigence. Les efforts d’économies de gestion permettent de tenir l’équilibre budgétaire mais nous demandons que soit préservée la capacité d’action de la ville sur la gestion et l’entretien des espaces publics qui constituent la vie quotidienne des Rouennais. Nous assumons ce budget, tout en pointant des insuffisances et des contradictions liées aux conséquences de choix politiques nationaux que nous contestons pour notre part, ainsi que des désaccords qui subsistent sur certains arbitrages.

Tribune du groupe des élu-es communistes / FDG pour le Rouen Mag du 8 février.

Aujourd’hui nous constatons toujours plus d’austérité pour l’éducation, la santé, la culture, le sport, pourtant indispensables à la vie de tous et facteurs de réduction des inégalités sociales. Les collectivités locales voient elles leurs budgets asséchés. Pourtant de l’argent il y en a. Ainsi 60 à 80 milliards d’euros par an d’évasion fiscale sont illégalement détournés vers les « paradis » et l’optimisation fiscale. Le manque à gagner pour les budgets publics est énorme. C’est plus que le total des recettes de l’impôt sur le revenu. Sans parler des « exonérations » fiscales dont bénéficient nos entreprises les plus riches, quasiment sans contrepartie. Oxfam vient de publier un rapport sur les inégalités au niveau mondial qui démontre qu’au lieu de se réduire, elles se creusent. Ainsi les 21 plus riches de France possèdent autant que les 40% les plus pauvres. Tout ceci n’est pas une fatalité. Une politique de Gauche devrait agir pour une autre redistribution des richesses. Les communistes avec Jean Luc Mélenchon et le Front de gauche ont cette volonté. Les scrutins à venir sont l’occasion de soutenir haut et fort cette exigence.

Motion présentée par le groupe Communiste/FDG

Conseil municipal du lundi 6 février 2017

Sous le prétexte de rentabilité financière, la Direction d’EDF Commerce a annoncé le 26 janvier dernier son intention de fermeture définitive de toutes les boutiques EDF sur le territoire français dès 2017 et sur les trois ans à venir.

Rappelons que l’ouverture de la boutique EDF située rue Grand Pont à Rouen est concomitante à la fermeture des deux accueils physiques des agences de Rouen St Sever et Bihorel.

Avec la fermeture de la boutique EDF, les usagers du service public de notre agglomération n’auraient plus d’interlocuteurs physiques. La suppression de ces lieux d’accueils va principalement impacter les populations ayant des difficultés d’accès au numérique, des personnes en situation de handicap et les personnes âgées. Cela va impacter des usagers qui ne maîtrisent pas assez la langue française pour comprendre par téléphone et tout simplement les clients d’EDF qui se trouvent parfois face à un mur pour résoudre leurs problèmes.

Près de 420 salariés et emplois sont concernés par la suppression de ces accueils. Il est du devoir d’une entreprise publique comme EDF, détenue à 85,6% par l’État, de répondre aux besoins d’égalité de traitement des usagers et de tissu social des collectivités locales.

 

C’est pourquoi le conseil municipal :

 

  • Demande à la Direction commerce d’EDF de l’informer de ses intentions pour le devenir de la boutique EDF de Rouen.
  • Demande le maintien d’un lieu d’accueil physique EDF accessible à tous dans notre ville.

Le Maire de Rouen vient de faire procéder à l’abattage de 46 arbres esplanade St Gervais sous la protection de la police nationale.
Face à ce choix contestable auquel nous n’avons pas été associés nous avons renouvelé notre désapprobation lors du dernier conseil municipal le 11 juillet.
Notre groupe a soutenu le transfert de la foire st Romain vers le nouvel emplacement dédié. A la fois pour des raisons de sécurité et compte tenu du réaménagement en promenade paysagère des quais rive gauche attendu par les Rouennais.
Nous avons soutenu le travail de négociation des élus et des services de la ville afin de permettre la tenue dans de bonnes conditions de la prochaine édition de la St Romain. Rappelons que des aménagements complémentaires coûteux sont envisagés afin de répondre aux attentes des forains.
Cependant le compromis qui entérine l’abattage d’un nombre important d’arbres sains et anciens pour faire place aux manèges n’est pas compris par de nombreux citoyens comme l’atteste la pétition qui a déjà recueillie plus de 8000 signatures. D’autant que notre ville vient d’adopter une charte de l’arbre urbain incitant à respecter et protéger les arbres existants et réalise d’importants efforts de plantations de nouvelles essences d’arbres.
Un réexamen du plan de foire préservant les arbres était souhaitable et nous l’avions demandé. Maintenant que l’irréparable est commis, il faut que soient mises en place des mesures compensatoires environnementales. Car la biodiversité ne s’exporte pas et il faut maintenir des arbres sur le secteur ouest de la Ville. Enfin il serait anormal de demander aux seuls rouennais d’assumer le coût important de ces compensations. C’est pourquoi nous demandons que les forains participent au financement de ces mesures en complément de l’Etat, de la Métropole et de la ville.