Non à la fusion des ports de l’axe Seine

Intervention du groupe en réponse à la motion Rouen au centre  du Conseil M 10 décembre

A l’issue du comité interministériel à la mer (CIMER) qui s’est déroulé le 15 novembre à Dunkerque, Edouard Philippe a annoncé la création d’un établissement  unique pour les 3 principaux ports de l’axe Seine à l’horizon  du 1er janvier 2021.

Décidément, ce gouvernement est atteint du syndrome de la « fusionnite aigue »… les hôpitaux, les universités, les ports aujourd’hui…

C’est une vue de l’esprit libéral. Nous l’avons bien vu à travers la fusion des Régions vendue sous Hollande comme une source d’économie et d’efficacité.  Aujourd’hui les dépenses induites par ces fusion sont explosé, on a éloigné les centres de décision  des  citoyens, de la proximité et créé une multitude de difficultés à surmonter … Avant parlons investissement pour l’Axe Seine. Là l’État est aux abonnés absents préférant le canal  Seine Nord.

Que les synergies, les collaborations se renforcent évidemment que cela va dans le bon sens, nous l’avons vu à travers HAROPA concernant les politiques de promotion et de marketing de nos ports, mais fusionner, c’est retourner à l’ère de la centralité. Tout le contraire de la théorie de la souplesse, de l’agilité prôné par le Macronisme…

D’ailleurs en mai Hervé Morin président de notre région Normandie (ce que la motion ne précise  pas !) déclarait qu’il n’était pas favorable à la fusion  des trois ports et se méfiait de l’île de France et de son jacobinisme.

D’ailleurs en juin, Antoine Berbain qui dirige HAROPA et qui plaidait pour une compétitivité accrue des ports n’évoquait pas leur fusion comme solution, il n’en parlait même pas. Il évoquait en revanche la nécessité d’accroître le trafic fret et ferroviaire de nos ports, l’idée je cite « d’aller potentiellement vers une forme de solidarité pour le portage des investissements et des recettes, une unification des tarifs pour les clients , plus faciles à comprendre, à porter… »…

Et puis un changement dans les organisations, les changements juridiques qui en résultent, c’est anxiogène pour les personnels et les opérateurs.

La CGT de la fédération Nationale des Ports et Docks constate le désengagement des gouvernements successifs qui ont condamné nos ports français et notamment ceux de l’axe Seine à être en retrait de leurs concurrents européens et s’inquiète également de l’avenir des ports de la façade atlantique. Ce syndicat a travaillé des préconisations de relance portuaire pour une stratégie globale et ambitieuse.

OUI nous, élu-es communistes de Rouen préférons parler de complémentarité, d’efficacité et de coopération entre nos places portuaires plutôt que de la concurrence à tout prix au mépris du dialogue et de concertation. Nous préférons parler de dialogue social pour l’emploi, le respect des accords professionnels, etc.… nous préférons des ports gérés nationalement par l’Etat avec une vision globale de complémentarité, une régionalisation avec une visée de la compétition entre les ports français.

Voilà pourquoi nous votons contre votre motion.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s