Débat sur les rythmes scolaires au conseil municipal du 10 décembre

manu
Intervention de Manuel Labbé lors du débat portant sur les rythmes scolaires au conseil municipal du 10 décembre 2018

Le groupe PCF s’associe évidemment au satisfécit général de notre majorité sur cette expérience de démocratie participative réussie ; tous comme nous saluons le travail de la Direction des Temps de l’Enfant et remercions les citoyens qui se sont emparés du débat.

Dans le contexte de cette délibération nous prenons donc acte du résultat de cette consultation pour laquelle nous avions réservé notre positionnement quant au scénario idéal.

Au-delà de la volonté de laisser les débats se tenir librement, la réalité est celle d’un sujet aussi complexe que relativement secondaire. Complexe car les arguments de nombreux chrono biologistes vont dans le sens de la nécessité d’une réorganisation totale de ces rythmes scolaires, réorganisation du quotidien comme de l’organisation de toute l’année scolaire en remettant en cause aussi bien le calendrier des vacances que la durée du temps de travail de tous (et notamment des parents).

Or cet argumentaire dans l’intérêt de l’enfant n’est pas compatible avec l’organisation actuelle de notre société et les besoins des parents en matière parfois de garde périscolaire essentiellement. Car si l’école n’est théoriquement par une garderie, elle est quand même considérée comme telle par certains, notamment ceux qui travaillent (et qui réclament souvent une amplitude horaire plus large pour les temps d’accueil périscolaire). Ce n’est pas politiquement correct mais c’est une réalité…malheureusement.

A contrario, la volonté de la pause du mercredi s’entendait beaucoup chez ceux ne travaillant pas, ceux pouvant ne pas travailler, ceux disposant d’un soutien  logistique familial à proximité voire de moyens de garde à domicile.

Le sujet est donc très complexe… à l’image des résultats sans discussion mais loin de plébisciter un scénario. Nous nous félicitons malgré tout que dans le scénario retenu l’allongement de la matinée permette de répondre à une revendication enseignante et des chronos biologistes mettant en avant la qualité d’écoute du matin et donc des apprentissages. le sujet parait surtout relativement secondaire tant la question scolaire est malmenée par les gouvernements austéritaires de ces longues dernières années.

La liste est longue et je ne serai pas exhaustif :

  • Suppression de 2600 postes d’enseignants prévus à la rentrée prochaine pour les collèges et lycées, et recrutement insuffisant pour répondre à la cruciale question des effectifs dans le primaire … La question est cruciale puisque le gouvernement a mis en place des dédoublements pertinents en CP/CE1. Pertinent donc à généraliser.
  • Ce qui nécessite évidemment les moyens et des recrutements ; Or, au contraire ces dédoublement sont essentiellement à la charge des collectivités avec un coût bien supérieur aux dotations de l’Etat.
  • Encore un coup porté notamment aux communes et à leurs finances asphyxiées par les baisses de dotations.
  • Idem d’ailleurs avec la fausse mesure d’obligation scolaire des trois ans … qui faut-il le rappeler est hors sol puisque 96% des enfants sont scolarisés à cet âge… et qui n’a en fait qu’un objectif :
  • Financer davantage les écoles privées avec évidemment par effet boomerang … une fragilisation des financements pour nos écoles publiques.
  • Nous pouvons aussi dénoncer localement une gouvernance institutionnelle perçue comme violente lorsque le 5/09 dernier, 2 jours après la rentrée, l’Inspection Académique vient annoncer à 1 enseignant que la classe créée en juin est supprimée…. sans qu’il n’y ait eu de baisse d’effectifs durant la période estivale.

Alors,  c’est dans ce contexte difficile voire même hostile et ne répondant pas aux attentes des enseignants ni aux besoins de nos élèves, … que nous devons  exercer notre compétence communale scolaire et périscolaire …et élaborer un nouveau PEDT.( Projet Educatif de Territoire).

C’est un chantier évidemment stimulent et nous nous y investirons avec passion et en nous appuyant sur le travail des agents de la DTE pour continuer à améliorer notre offre périscolaire et en nous appuyant sur le comité de suivi et d’évaluation des Rythmes Scolaires que nous avions réclamé en début de mandat.

Un sujet d’inquiétude cependant demeure, suite à la consultation et à la décision que nous allons prendre ce soir sur la capacité de l’offre d’accueil du mercredi matin.

  • L’offre en CLSH ne pourra évidemment pas répondre à toutes les demandes.
  • Notre tissu associatif depuis 2013 a été fragilisé par les disparitions de dizaines d’emplois et il va falloir travailler avec nos associations pour que l’offre associative le mercredi matin puisse également répondre à la demande…dans des équipements qui sont déjà bien saturés !

Alors quand je lis aujourd’hui un communiqué de presse opportuniste des Marcheurs locaux  se félicitant du retour à 4 jours, sur le seul argument des économies que cela va permettre … on voit bien une fois de plus leur déconnexion totale du monde réel municipal puisque le retour à 4 jours n’est pas une source d’économie brute au vue des dépenses nécessaires sur du périscolaire à la journée le mercredi. A moins qu’ils ne veuillent encourager le retour aux temps partiels que devaient prendre beaucoup de femmes surtout pour s’occuper de leurs enfants, temps partiels fragilisant leur carrière en plus de réduire les salaires ou leur future pension de retraites.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s