Hameau des Brouette : l’État et le département doivent agir pour que personne ne dorme dehors.

manuIntervention de Manuel Labbé suite à l’intervention du collectif de « la garenne » durant le conseil municipal du 15 octobre 2018

D’abord, il me parait important de mettre en avant le fait que dans cette assemblée municipale, la majorité permet aux migrants et au collectif de s’exprimer ; c’est rendre hommage à la « maison commune » qu’est la mairie et nous pouvons regretter qu’il n’en soit pas de même dans toutes les instances de ce territoire.

L’enjeu était pourtant majeur puisqu’il s’agissait de pouvoir interpeller l’ensemble des maires de l’agglomération dans le contexte imminent de l’évacuation du hameau des Brouettes et d’en appeler à la solidarité de toutes les communes de la Métropole pour trouver des solutions d’hébergement provisoires et/ou d’urgence après le 13 octobre.

Nous regrettons évidemment qu’il n’y ait toujours pas de solution trouvés pour tous. Nous entendons aujourd’hui la décision de justice prononcée en août, mais nous continuons de dénoncer ce scandale d’un Etat qui fait honte à la France et à ses valeurs héritées des Lumières et de la Déclaration des Droits de L’Homme et du Citoyen, elles-mêmes ayant inspirées la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de laquelle se déclare la Convention de Genève relative aux droits des réfugiés et au droit d’asile.

Derrière cette inhumaine situation des Sans-toit, Sans-droits, Sans-papiers, nous avons l’illustration ici (comme ailleurs à Montreuil, Nantes, Rennes, Paris, …) du décalage abyssal entre un gouvernement hors-sol et des communes esseulées et étranglées financièrement par les baisses austéritaires de Dotations d’Etat. Coincés entre ces deux échelles, nous retrouvons des femmes, des enfants, des mineurs isolés, des familles, pris au piège d’un monde qui marche à l’envers. Un monde soumis aux excès productivistes du capitalisme qui assassine la planète et dans lequel on assistera évidemment à une explosion des flux de ceux qui fuient les guerres (qui font le bonheur des marchands d’armes occidentaux) ou le réchauffement climatique (produit par nos modes de vie occidentaux qui se généralisent dans le cadre de la mondialisation libérale) ; un monde enfin où perdure la Françafrique qui s’appuie sur un système générant les migrations économiques par la mainmise d’entreprises occidentales qui s’accaparent les moyens de production ou les ressources, plongent ses pays dans un chaos économique et sont souvent complices d’Etats faillis soumis à la corruption qui détournent les moyens d’Aides au développement ou même les aides humanitaires.

L’Europe apparait comme un refuge, mais le système des « dublinés » fait reporter sur quelques pays la totalité des demandes à traiter. La solidarité européenne ne s’exprime pas ici, la France est bien loin d’avoir « fait sa part ». Rappelons que les trois principaux pays d’accueil sont la Turquie, l’Ouganda et le Pakistan.

La Garenne ne représente qu’une goutte d’eau dans l’océan mondial des personnes déplacées, mais pour les personnes concernées, c’est vital.

Je parle d’un gouvernement hors sol comme d’un Etat honteux, à l’image de son dévoué représentant local (le député Adam) qui nie les problèmes d’hébergement et joue la montre … sûrement dans une sinistre stratégie politicienne ou électorale, … notamment en refusant la proposition faite par notre majorité municipale de mettre à disposition Colette Yver à partir du moment où doit être évacué le Hameau des brouettes.

Dès le mois de mai, la mise en garde avait été faite sur l’issue de cette aventure humaine comparable à une Arche de Noé locale, comme l’Aquarius le fait en Méditerranée ; l’occupation du Hameau des Brouettes, de la Garenne, avait un triple objectif :

– mettre à l’abri des Sans-Abris

– rendre visible des « invisibles »

– interpeller l’Etat et les pouvoirs publics sur le drame qui se noue sous nos yeux.

Les 2 premiers objectifs ont été atteints, le 3ème est malheureusement un semi-échec ! L’Etat, interpellé à de multiples reprises par le Collectif, par cette majorité municipale et son maire, par le député communiste de Rouen Hubert Wulfranc, … l’Etat est resté sourd et aveugle ! Aveugle en refusant de voir les insuffisances d’hébergements d’urgence ou l’insuffisance des moyens de ses services ou de France Terre d’Asile pour répondre aux obligations légales de traitement administratif des demandeurs d’asile ; sourd en refusant d’entendre la voix des Migrants et des citoyens appelant à l’aide.

Le Département était tout aussi fautif sur la question des mineurs isolés ; ce département géré par la droite a été condamné la semaine dernière à 600 euros d’astreinte par jour pour chaque référé déposé par 5 mineurs en attente de rendez-vous ; devant le nombre (au moins 90 actuellement à Rouen), les moyens ont enfin été débloqués pour que les rdv qui courraient sur 6 semaines aient lieu cette semaine. Nous serons vigilants pour que la promesse soit tenue … tout en continuant à dénoncer cependant les conditions dans lesquelles sont réalisés ces entretiens pour déterminer la minorité de ces jeunes (en sachant notamment que pour ceux qui arrivent d’Afrique de l’ouest les entretiens durent souvent moins de 2 minutes et se concluent tous par des conclusions de majorité plus que contestables vue la juvénilité de nombreux de ces gamins ; quant à la question des tests osseux, contestés par le corps médical, ils s’appuient sur des références corporelles tellement anciennes qui ne tiennent pas compte de bon nombre d’évolutions morphologiques de taille ou de maturité. Appliqués à nos têtes blondes du 21ème siècle, bon nombre d’entre eux seraient également classés « majeurs » avant même leurs 18 ans !

Le groupe communiste, comme nos camarades de Décidons Rouen ou du Parti Socialiste l’ont également exprimé, dénonce donc ce véritable scandale d’un Etat inhumain … coincé il est vrai par les menaces fascisantes des extrêmes qui surfent sur cette haine de l’Autre, ce rejet de l’étranger, bouc émissaire facile d’un système économique pourtant tellement riche mais dans lequel les classes dominantes, ceux qui ont un « pognon de dingue » réussissent à monter les populations les plus fragilisées les unes contre les autres.

Dans ce contexte nous continuerons à dénoncer l’irresponsabilité de l’Etat et nous continuerons, à la hauteur de nos moyens, à faire le plus possible (comme le maire l’a rappelé dans sa récente tribune parue dans PN) pour ceux qui trouvent refuge dans notre ville. Ils seront d’ailleurs toujours plus nombreux depuis que l’Etat a décidé de fermer les sites d’accueil administratif de migrants du Havre et de Dieppe. Tous se concentrent sur Rouen désormais. D’où la volonté du collectif il y a une semaine d’interpeller tous les maires de la Métropole et d’en appeler à la solidarité et à l’humanité comme nous l’avons fait à Rouen avec des associations soutenues par la ville qui vont accueillir les familles dont les enfants sont scolarisés dans nos écoles.

Pour terminer, l’occupation du Hameau doit enfin permettre de saluer tous nos concitoyens qui, pour pallier les défaillances de l’Etat et du Département, se sont organisés pour accompagner ces « invisibles » qui demain retourneront vivre dans la rue. Réunis en association, simples habitants solidaires, ils sont des dizaines à avoir assuré le travail social et humanitaire à la place du service public français. Nous sommes fiers de vous et donc d’autant plus en colère après la situation présente.

A l’image de nos concitoyens rassemblés pour beaucoup au sein du Collectif Solidarité Migrants, une association nationale d’élu-e-s s’est constituée à Lyon le 26 septembre 2018 (ironie ou provocation de l’histoire, sur les terres de l’ex ministre de l’intérieur Collomb promoteur, rappelons-le, de la sinistre loi Asile et Immigration). Ce collectif d’Elu-e-s, donc, veut promouvoir l’hospitalité, sources de politiques inclusives et émancipatrices, animé-e-s par la volonté d’agir collectivement et de montrer que des solutions dignes sont possibles et adaptées à chaque situation locale. Cette Association s’appelle l’Association nationale des villes et territoires accueillants et j’en appelle ce conseil municipal à ce que nous soyons nombreux à la rejoindre comme l’ont fait des élu-e-s de Grande Synthe, de Grenoble, de Montreuil, de Saint-Denis, d’Ivry sur Seine, de Nantes, de Strasbourg, … de Rouen demain j’espère.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s