Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2011

Un projet d’envergure mais une philosophie libérale

Le débat qui se mène aujourd’hui sur le projet de développement de « l’axe seine » est important : du bassin parisien aux deux Normandie, il concerne des centaines de milliers personnes.  Mais nous devons rappeler que ce débat s’inscrit dans le projet dit du Grand Paris dont la philosophie libérale en termes d’aménagement urbain et de transports n’est pas la nôtre : il s’agit ici de développer principalement les centres d’affaires en les desservant prioritairement. Nous sommes bien loin des préoccupations quotidiennes de nos concitoyens.

Un projet qui doit être au service des populations de tous les territoires concernés

Mais revenons à ce débat sur la ligne nouvelle (un débat qui devrait aussi avoir lieu à la CREA). A notre sens, ce projet devrait se fixer pour objectif de dynamiser le développement économique et industriel de l’ensemble des territoires concernés, il doit permettre d’améliorer les conditions de vie et de travail, de transports et de déplacement des populations de ces mêmes territoires.

Complètement à l’inverse des politiques menées actuellement au service de l’ultra libéralisme, nous affirmons avec force la nécessité de la solidarité entre les territoires plutôt que leur mise en concurrence, la nécessité d’un développement économique et industriel harmonieux et équilibré, s’appuyant sur les nombreux savoirs faire des filières industrielles locales. Il en va du développement de l’emploi et de tous les bassins de vie concernés, à l’inverse d’une logique de concentration en métropole et d’une désertification des zones rurales et urbaines de taille plus réduite.

Dans ce sens, la Ligne Nouvelle Paris Normandie peut et doit être un outil au service d’un développement de ce type pour nos territoires.

Une ligne « haute performance » et un réseau régional renforcé pour le confort des usagers

D’autre part, il est vraiment nécessaire de mettre en place cette nouvelle ligne rapidement. Elle permettra de mieux répondre aux besoins des milliers de voyageurs qui empruntent au quotidien une ligne vétuste. Ceci est dénoncé depuis longtemps par les associations d’usagers, de nombreux élus et les syndicats de la SNCF. Les conditions de transports doivent s’améliorer, pas seulement en terme de temps de liaison mais aussi en accessibilité, en capacité d’accueil, en régularité, en fiabilité et en cadencement, qui font encore défaut à l’heure actuelle. Il est plus que nécessaire de mettre en œuvre une ligne de haute performance qui est sans aucun doute plus adaptée qu’une ligne de grande vitesse. La construction de la nouvelle gare Rouen rive gauche permettra aussi d’améliorer le service rendu.

Le développement de cette nouvelle ligne ne doit pas s’opposer à l’amélioration du réseau local. Au contraire cette ligne doit devenir l’axe central d’un réseau densifié de lignes régionales. Nous attendons des garanties sur ce point.

Dans tous les cas, ces améliorations nécessaires ne devront pas se traduire par un surcoût à faire porter aux usagers.

Affirmer l’utilité du triage de Sotteville pour le développement du fret ferroviaire

Notons aussi l’importance du transport des marchandises. Plus de 80% de celles-ci passent par la route en Haute-Normandie, il faut inverser cela et mettre en œuvre une véritable politique en faveur notamment du fret ferroviaire mais aussi fluvial. Pour cela, nous devons réaffirmer l’intérêt du triage de Sotteville-lès-Rouen aujourd’hui honteusement abandonné, avec des conséquences dramatiques en terme d’emplois dans notre agglomération. Actuellement des centaines de locomotives sont à l’arrêt. Ceci représente une incohérence avec les objectifs que nous avons de réduction d’émission de gaz à effets de serre.

Les collectivités de gauche doivent être à l’offensive

Nous estimons que dans ce débat les collectivités doivent prendre des engagements forts dans un contexte où les résistances à la politique de démantèlement des fondements de notre pays s’organisent.  Des résistances citoyennes mais aussi institutionnelles.

Avec les salariés de la SNCF il faut poursuivre la lutte résolue contre la libéralisation du réseau ferré et affirmer la primauté du service public dans le domaine des transports tant de voyageurs que du fret.

Dès maintenant, et c’est en lien avec le débat qui nous rassemble ce soir, il faut dire que l’actuelle réforme des collectivités locales entrave le développement des services et les investissements nécessaires et indispensables à la bonne miss en œuvre de la nouvelle ligne. Comment maintenir et développer nos services publics locaux, éléments incontournables pour répondre aux besoins de la population et aux besoins économiques de nos territoires, face à une politique qui pousse à tout rentabiliser ?

Nous pouvons également soutenir la proposition de Céline Brulin, Vice-Présidente du conseil régional, qui consiste à créer un nouveau syndicat des transports fédérant l’ensemble des autorités organisatrices de transports haut normandes afin de bien coordonner le développement ferroviaire sur nos territoires et mettre en place une véritable intermodalité des transports.

Cela passe bien évidemment par un renforcement du service public de la SNCF.

Des garanties nécessaires de la part de l’Etat dans le sens d’un haut niveau de financement public

Enfin, dernier point, nous attendons de l’Etat des éclaircissements concernant les financements de ce projet d’intérêt national. Nous ne devons pas tomber dans ces « Partenariats Public-Privé » aux effets pervers qui montrent toutes leurs limites, notamment en matière de contrôle par les citoyens et qui contribuent à financiariser les services publics.

Publicités

Read Full Post »

Les 500 000 personnes présentes à la fête de l’Huma, le succès de librairie du livre programme du Front de gauche, la forte mobilisation des acteurs éducatifs le 27 septembre dernier, le passage à gauche du Sénat et la mobilisation, notamment médiatique,  autour des primaires du parti socialiste indiquent la volonté de changement politique dans notre pays. Tout ceci montre une disponibilité citoyenne importante pour le débat d’idées à gauche.

Quand une candidature socialiste aura été définitivement retenue, il sera alors possible et nécessaire d’approfondir la confrontation autour des solutions qui feront gagner et réussir une politique de gauche.

Comme en 2005 à l’occasion du référendum sur le Traité constitutionnel européen, le débat citoyen doit s’engager. La gauche doit imposer aux marchés financiers d’autres logiques correspondant aux besoins de toute la population.

Le Front de gauche à Rouen comme ailleurs permettra de créer les conditions d’un débat citoyen populaire d’ampleur inégalée qui permettra d’imposer des politiques plaçant l’humain au centre de toutes les décisions.

Read Full Post »

Depuis le 10 septembre 2011, Madame Rafah Nached est enfermée dans les prisons de son pays. Première femme psychanalyste à exercer en Syrie, elle a fondé l’Ecole de Psychanalyse de Damas en collaboration avec des psychanalystes français. Elle a été arrêtée à l’aéroport de Damas alors qu’elle s’apprêtait à se rendre à Paris afin d’y assister à l’accouchement de sa fille. Rafah Nached venait régulièrement à Paris pour s’entretenir avec des psychanalystes, et suivre les dernières avancées en psychiatrie. Agée de 66 ans, sa santé s’est récemment aggravée.

Son engagement professionnel n’était pas politique mais a toujours été de nature scientifique et humanitaire. Elle est pourtant accusée par le gouvernement syrien d’incitation au soulèvement, incitation au renversement du gouvernement et non respect de l’ordre public.

Valérie Fourneyron, Députée Maire de Rouen, et l’ensemble des groupes qui composent le Conseil municipal se joignent à son comité de soutien pour exiger sa libération immédiate.

Read Full Post »

Les bibliothécaires de la ville de Rouen étaient à nouveau en grève samedi 1er octobre : sur les 7 bibliothèques, 5 étaient fermées. Le malaise est important et il interpelle tous les défenseurs d’une politique de lecture publique ambitieuse.

Les communistes sont attachés au développement de la lecture publique, en particulier dans l’agglomération rouennaise où ils ont impulsé de nombreuses manifestations d’envergures.

L’inquiétude est donc forte, notamment en ce qui concerne les moyens qui doivent être attribués à ce secteur pour permettre de développer l’offre et les projets municipaux en la matière.

La déclaration d’une bibliothécaire lors du dernier conseil municipal de la ville de Rouen a bien montré l’attachement qu’ont les personnels de ces services à leurs missions.

En effet, le rôle des bibliothécaires est essentiel. Ils et elles sont en contact direct et permanent avec le public. Ils sont les ambassadeurs des politiques de lecture publique. Pour avancer dans les projets municipaux et arrêter ce malaise, les élus communistes et citoyen de Rouen ont demandé à ce que les conditions du dialogue soit établies rapidement et que les attentes du personnel soient prises en considération et examinées attentivement.

Read Full Post »

Read Full Post »