Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2011

Publicités

Read Full Post »

A imprimer, à faire signer!

Read Full Post »

L’Union des Etudiants Communistes de Rouen organise du 11 au 15 avril 2011 la «semaine de la pensée marxiste ».

Face à l’idéologie dominante dans nos universités, cet événement a pour objectif de produire un savoir destiné à tous, en dehors des schémas de pensée unique contenus dans les programmes scolaires. Alors que la crise du capitalisme montre la désuétude des théories libérales, cette semaine permet de reposer la question du marxisme comme partie intégrante des savoirs et comme solution crédible. A travers une réflexion collective au sein de l’université, nous voulons ainsi montrer toute la force du marxisme et tous les champs de recherche qu’il touche.

Cette semaine sera notamment marquée par deux conférences-débats organisées afin d’enrichir ce travail :

– Mardi 12 avril, 18h00, Maison de l’Université (salle divisible Nord) :  » Lecture marxiste de la Commune de Paris », par Ludivine Bantigny, enseignant-chercheur en Histoire.

– Jeudi 14 avril, 18h00, Maison de l’Université (salle divisible Nord), « Le marxisme dans l’Histoire aujourd’hui », par Guy Lemarchand, enseignant-chercheur en Histoire.

Nous vous invitons donc à diffuser largement cette information et à venir nombreux à ces deux événements.

Read Full Post »

L’Inspecteur d’Académie recevait ce vendredi 8 avril 2011 les organisations syndicales à l’occasion d’un Comité Technique Paritaire Départemental ayant pour objet d’arbitrer en matière de carte scolaire pour la rentrée prochaine. 128 Fermetures de classes (88 en élémentaire, 31 en maternelle et 9 en RPI) sont prévues. A voir sur le site internet de Paris-Normandie.

Face à une très forte mobilisation qui a rassemblé plus de 1500 parents d’élèves, enseignants, élus – dont Sébastien JUMEL, vice-Président communiste du Département – , l’Inspecteur a été contraint de faire un premier recul en annulant la suppression prévue de 10 classes dont une à Rouen à l’école Jules Ferry.

C’est un premier pas mais la mobilisation doit continuer et s’amplifier. Il n’est pas acceptable de voir notre école ainsi bradée. Cette politique, portée avec beaucoup de zèle par les représentants de l’IA, doit être combattue sans relache. Les militants communistes et leurs élu-es seront aux côtés des enseignants, parents d’élèves, jeunes, personnel non-enseignants pour défendre nos écoles.

Read Full Post »

Le spectacle de désunion de la majorité municipale qui a été offert aux rouennais vendredi dernier lors du conseil municipal de la ville de Rouen n’est vraiment pas un bon signal donné à la population. En effet, avant les échéances de 2012, qui peuvent apporter un réel changement de politique, la gauche doit prendre ses responsabilités. Nous nous inquiétons donc de voir notre majorité municipale aux prises avec un désaccord qui n’a que trop traîné. Ceci n’est pas positif et peut contribuer à désespérer une partie de la population déjà désabusée par l’action politique.

La démission d’adjoints de la majorité, devenant de ce fait conseillers municipaux a impliqué une réorganisation des délégations attribuées aux adjoints actuels. Si cela est nécessaire, ce ne doit être que transitoire car cette crise au sein de la majorité est surmontable, nous en sommes persuadés. Nous estimons qu’à mi-mandat, beaucoup reste à faire dans un contexte particulièrement difficile en raison de la réforme des collectivités territoriales et des effets sociaux de la politique libérale de la droite au gouvernement.

Nous en appelons donc à la raison et à la combativité face aux défis qui nous attendent et pour permettre de mener à bien le projet municipal. Pour cela, nous invitons la majorité socialiste à faire preuve d’initiatives  pour parvenir à un nouvel accord de gestion s’appuyant sur des principes clairs de démocratie interne et de gouvernance collective et partagée. Ceci devant conduire à déterminer un nouvel exécutif municipal respectueux des différentes sensibilités.

Read Full Post »

Le phénomène prostitutionnel en plein développement sur notre ville a des conséquences directes sur la vie quotidienne des riverains et des commerces : allées et venues incessantes, atteintes à la pudeur, climat délétère et parfois règlements de comptes. Les riverains des quartiers touchés, à juste titre, ont fait part de leur exaspération face aux nuisances engendrées par cette activité, notamment par la remise de pétitions aux pouvoirs publics.

Cette situation nous invite d’une part à apporter des réponses aux riverains touchés par la promiscuité avec cette pratique, d’autre part, à réfléchir sur cette question de la prostitution dans notre société comme cela a été va être fait dans le cadre du débat initié par la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la prostitution.

En ce qui concerne les réponses à donner aux riverains, nous estimons  que le débat avec les habitants touchés par ces problèmes doit s’amplifier afin de trouver ensemble des réponses aux désagréments engendrés par cette pratique et qu’il y a urgence à trouver des solutions pour permettre de retrouver, pour les habitants comme pour les commerçants, une réelle sérénité et un climat de sécurité. Cela passe par l’organisation d’une table ronde réunissant l’ensemble des acteurs concernés (habitants, commerçants, services de police, municipalité, travailleurs sociaux, associations…) permettant in fine de construire une réelle politique publique en la matière même si elle ne relève pas de la seule compétence Ville. Notre action contre les violences sexistes et sexuelles ne peut se révéler pertinente qu’à la condition qu’un travail cohérent se mette en place. Pour cela la création d’un réseau des partenaires institutionnels et d’acteurs professionnels est une condition sine qua none.

En ce qui concerne le débat qu’implique cette question, nous estimons que la ville de Rouen, pleinement touché par ce phénomène, a là une opportunité de réfléchir et de poser à plat le problème de cette pratique dans notre société.

En effet, comment peut-on tolérer aujourd’hui, dans notre ville comme dans notre pays, que des personnes soient dans l’obligation de vendre leur corps pour dégager des moyens de subsistance ? Est-il tolérable qu’un grand nombre de ces personnes soient exploitées dans des réseaux de prostitution ? Les pouvoirs publics peuvent-ils fermer les yeux sur la traite d’être humains et la prostitution de jeunes femmes mineures ? Autant de questions qui doivent sortir du tabou et faire l’objet d’un large débat avec pour objectif l’émancipation et le bien-être de chacun. Au-delà des mesures à prendre, notamment en matière de racolage ou bien de l’utilisation de l’espace public pour la pratique prostitutionnelle, un travail de sensibilisation doit être mené sur le fait que la prostitution pose un problème éthique à la conscience humaine. C’est dans ce sens et avec notamment les outils mis en place par la ville de Rouen (comité de pilotage) que notre collectivité doit apporter sa contribution aux débats qui ne manqueront pas d’avoir lieu avec les prochaines conclusions des travaux de la mission d’information de l’Assemblée Nationale sur la prostitution.

Read Full Post »

Conseil municipal du 1er avril 2011

Voeu présentée par le groupe des élu-es communistes et citoyen

Vœu relatif à la situation de Salah Hamouri

Il aura 26 ans en avril. Il est en prison, en Israël, depuis bientôt 5 ans. Condamné à 7 ans de prison, rien ne dit qu’il sera libéré au terme de cette condamnation.

Il n’a tué personne.

Il a été jugé par un tribunal militaire d’une armée d’occupation et condamné sans preuves.

Il est Français. Mais aussi Palestinien, et il le revendique avec dignité. Le chef de l’Etat et le ministre des affaires étrangères refusent dans leurs interventions, de placer son cas au même niveau que celui des autres prisonniers ou otages français retenus dans le monde. Toutes les familles des emprisonnés ont été reçues par le Président de la République, pas la mère de ce jeune détenu.

Son nom : Salah Hamouri

Toutes celles et ceux qui ont vécu ces périodes de privation de liberté le disent, cela les a réconfortés quand ils ont connu les mobilisations autour de leur cas, et ceux qui les retiennent sont obligés d’en tenir compte. C’est le silence qui leur nuit.

Il faut mettre un terme à la privation de liberté d’un jeune, « coupable » d’aimer sa terre natale la Palestine, qui n’a toujours pas de droit à l’existence.

Pour ces raisons, nous proposons que la ville de Rouen:

–       affirme son exigence de libération immédiate de Salah Hamouri ;

–       demande à Madame la Député Maire de Rouen d’intervenir auprès des autorités françaises pour que celles-ci interviennent afin de mettre un terme à son emprisonnement

Read Full Post »

Older Posts »