Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2010

Les élus communistes et républicains ont fait part, notamment auprès de l’Assemblée et du Sénat, de leur indignation face à ce projet de l’Etat d’opérer sur les organismes HLM un véritable « hold-up » de 340 millions par an à compter du 2011.

L’union sociale pour l’habitat, les organismes HLM  et leurs associations professionnelles régionales,  partagent cette réaction.

Il nous faut donc tous ensemble réagir et obtenir de l’état une véritable politique du logement pour tous et partout.

NON à une nouvelle taxe sur les loyers HLM / OUI au renforcement de la solidarité nationale en faveur du logement social.

Ce projet est une opération de pickpocket dans les poches des locataires HLM. Il est injuste et inefficace de faire supporter aux locataires HLM cet effort financier. Cela va d’autre part affaiblir les capacités des organismes HLM à investir dans les constructions neuves et d’entretenir leur patrimoine. Les files d’attentes des demandeurs de logements sociaux vont s’allonger et des emplois dans les filières du bâtiment vont être supprimés. Ces mesures, qui tournent le dos à une république solidaire, sont injustes socialement et inefficaces économiquement.

Comment accepter que la politique nationale en faveur du logement social soit financée par la seule contribution des locataires HLM quand la nation toute entière finance le bouclier fiscal (640 millions d’euros réservés aux 19 000 foyers les plus aisés) ou les dispositifs Scellier de défiscalisation pour les multi-propriétaires.

NON à un surloyer d’exclusion / OUI à un surloyer de solidarité

Les nouvelles règles de majoration du surloyer vont aggraver la difficulté au maintien de la mixité sociale sur le territoire.

Nous nous opposons à la majoration du supplément de loyer solidaire (SLS) qui apparaît, compte tenu des montants en jeu, comme un véritable « avis d’expulsion ».

De plus la hausse spectaculaire des prix de l’immobilier rend illusoire le fait que ces nouvelles règles de surloyer facilitent un parcours résidentiel.

NON à la vente du logement HLM / OUI à la production nouvelle de logements sociaux

La vente des logements sociaux ne sert qu’à cacher le désengagement financier de l’état concernant l’aide à la pierre.

L’état doit prendre conscience que le droit au logement pour tous et partout passe par la construction massive.de logements sociaux.

Les élus communistes et républicains demandent :

au gouvernement de revenir sur le projet de prélever 340 millions d’euros sur les organismes HLM

de ne pas appliquer le surloyer de solidarité nouvelle formule vidant des organismes d’un grand nombre de locataires soit disant « aisés »

de ne pas imposer la vente de logements sociaux comme réponse au financement de nouvelles constructions

de faire appliquer la loi SRU dans toutes les communes
L’arrêt des expulsions locatives

Enfin que l’état joue pleinement son rôle permettant que chacun puisse prétendre à un logement

Read Full Post »

Le groupe des élu-es communistes et citoyen de la ville de Rouen vient d’apprendre que les discussions entre le groupe des élu-es Verts et le Maire n’ont pas permis de donner lieu à un accord permettant de sortir de la situation actuelle.

A l’heure où toutes les forces de gauche doivent être rassemblées pour, au niveau national :

– Exiger, aux côtés des syndicats unis, le retrait de la réforme des retraites

– S’engager dans une bataille permettant de défendre les collectivités locales gravement mises en danger par la réforme territoriale

– Refuser la xénophobie d’Etat

Et au niveau local :

– Trouver des solutions, malgré les contraintes financières, pour répondre aux attentes de la population en matière de solidarité et d’égal accès aux services municipaux

– Défendre les services publics locaux, notamment le CHU et La Poste, victimes de la politique libérale .

Le groupe des élu-es communistes et citoyen en appelle à la cohésion de la majorité municipale qui comprend la diversité des forces de gauche et qui est traversée par de légitimes débats.

Notre volonté reste intacte de faire de la politique autrement, associant les forces de gauche et la population autour d’un projet partagé et fortement soutenu en 2008 par les Rouennais. Ainsi, les différences d’approches doivent pouvoir s’exprimer librement en privilégiant le dialogue.

A l’heure où nos concitoyens expriment leur rejet de la politique nationale et où nombre d’entre eux sont en situation d’insécurité sociale grandissante, nous appelons la gauche rouennaise et écologiste à se mettre au service du rassemblement contre cette politique et à mettre toute son énergie pour répondre aux besoins des Rouennaises et des Rouennais. Rien ne nous détournera de cette exigence.

Read Full Post »


Les urgences du CHU de Rouen sont confrontées depuis plusieurs années à un manque de moyens énorme. Cette situation met en difficulté les professionnels de la santé dans l’accomplissement de leurs missions de service public de santé et provoque une dégradation inacceptable de leurs conditions de travail.

Les élu-es communistes et citoyen de Rouen apportent leur entière solidarité aux grévistes et demandent à ce que des réponses concrètes soient apportées aux revendications exprimées.

Ils soutiennent leur collègue, Céline Brulin, Vice-présidente du Conseil Régional de Haute-Normandie en charge des questions de santé qui, par une déclaration publique, a également témoigné de sa solidarité avec le mouvement de grève.

Ci-dessous la déclaration de Céline Brulin :

« Depuis des années, la question du déficit de personnel hospitalier se fait cruellement sentir au CHU de Rouen, dans un contexte d’augmentation constante du nombre de patients. Aujourd’hui la situation devient catastrophique dans tous les services de l’Hôpital.

La politique de réduction budgétaire se fait sentir directement sur les conditions de travail du personnel qui assure sa mission de service public d’accueil et de soin des malades de plus en plus difficilement, en accumulant les heures supplémentaires non rémunérées.

Cette surcharge de travail est devenue inacceptable pour les soignants, qui prennent une nouvelle fois toute leur responsabilité en tirant la sonnette d’alarme auprès de la direction de l’Hôpital. En effet, malgré leur dévouement, la prise en charge des patients se dégrade avec par exemple des fermetures d’unités par manque de personnel, comme ce fut le cas cet été avec l’unité régional de soins palliatifs.

Il y a urgence à ce que les revendications des salariés grévistes portant sur le manque de personnel hospitalier soient prises en compte afin d’éviter le risque d’asphyxie de l’Hôpital public.

Vice-présidente du Conseil Régional de Haute-Normandie en charge des questions de santé, j’apporte tout mon soutien aux salariés des urgences du CHU de Rouen, en grève illimitée depuis plus de 8 jours, pour obtenir les moyens nécessaires à la prise en charge des patients dans les meilleures conditions.

Représentant la Région au Conseil de Surveillance de l’ARS j’ai aujourd’hui relayé et défendu ces revendications auprès des représentants des pouvoirs publics, afin qu’une décision soit prise en faveur du déblocage des moyens nécessaires aux besoins du service des urgences en terme de recrutement de personnel pour qu’il puisse répondre à sa mission de service public. »

Céline BRULIN, Vice-Présidente du Conseil régional

Rouen, le 27 septembre 2010

Read Full Post »

Read Full Post »

Déjà, en mai 2009, les élu-es de la ville de Rouen avaient été interpellés par les syndicats CGT et SUD de La Poste sur les résultats en matière d’emploi liés à la réorganisation de la distribution postale sur la plate-forme rouennaise.

En effet, celle-ci se traduisait par une diminution importante du nombre de tournées sur la ville, par des suppressions importantes d’emplois, par une surcharge de travail pour les facteurs et par une baisse du nombre de facteurs titulaires sur Rouen.

Cette inquiétude d’alors trouve sa traduction aujourd’hui : la réorganisation ne permet pas aux facteurs rouennais d’effectuer leur travail dans de bonnes conditions. Il manque du personnel, cela est évident.

Une fois de plus, les élu-es communistes et citoyen de la ville de Rouen condamnent cette réorganisation qui s’inscrit dans le processus de privatisation de l’établissement postal entamé depuis plusieurs années et ce malgré l’opposition massive des usagers comme du personnel de La Poste.

Les élue-s communistes et citoyen de la ville de Rouen demandent à la Direction de l’établissement de revoir son programme de réorganisation de la distribution postale sur notre territoire afin de continuer la mission qui est la sienne et de s’engager à tout mettre en œuvre pour assurer celle-ci.

Rouen, le 24 septembre 2010

Read Full Post »

Mobilisation massive le 2 octobre prochain pour défendre nos retraites :

Départ de la manifestation à Rouen : 14h00, cours Clémenceau

Read Full Post »

Nous vivons depuis hier matin une nouvelle journée de mobilisation exceptionnelle avec un élargissement notable du mouvement dans le secteur privé. C’est à un véritable déferlement humain auquel nous avons à nouveau assisté sur tout le territoire national. A la guerre sociale menée contre nos droits, nous avons répondu par une gigantesque mobilisation fraternelle et solidaire. La rue a parlé et elle est unanime. Le gouvernement a perdu la bataille de l’opinion publique. Il n’a plus le choix. Nicolas Sarkozy et les siens misaient une fois encore sur le découragement des salariés et le passage en force à l’Assemblée nationale.

Ils doivent se rendre à l’évidence. Le rejet du projet gouvernement est plus que jamais clair, net, et massif. Plus aucune catégorie de la population ne fait exception. L’arrogance, le mépris, la mise au pas du Parlement, ça ne passe décidément pas !

La mobilisation vient de franchir une étape décisive et la confiance a bel et bien changé de camp. J’appelle les citoyennes et les citoyens à amplifier jour après jour le mouvement engagé jusqu’à la victoire contre le projet gouvernemental.

La conclusion à tirer de cette journée est claire. Le peuple français doit être entendu ! La démocratie doit être respectée ! Le gouvernement n’a d’autre alternative que de retirer son texte de l’ordre du jour du débat parlementaire. Le dossier des retraites doit être repris à zéro avec les syndicats, sur d’autres bases que celle de recul de l’âge légal du droit à la retraite. Chaque parlementaire qui continue à prêter sa voix à la remise en cause du droit à la retraite à 60 ans ne peut aujourd’hui que se déconsidérer aux yeux de ses électrices et de ses électeurs.

Oui, une autre réforme des retraites est possible, qui garantisse pour toutes et tous, un  véritable droit à la retraite à 60 ans, avec une pension qui permette réellement de vivre et de profiter de belles années de retraite bien méritées après une vie de travail intense. Oui, une autre réforme des retraites est possible qui garantisse réellement l’égalité des femmes devant ce droit, qui permette aux jeunes d’ espérer autre chose que la précarité au travail pour aujourd’hui et la misère en fin de vie pour demain.

Le développement d’emplois de qualité pour toutes et tous, la réorientation des richesses créées par le travail vers les salaires et le financement d’une protection sociale solidaire, la mise à contribution des revenus financiers gâchés sur les marchés boursiers peuvent être les bases solides d’une autre réforme, plus juste et plus efficace contre la crise. Les parlementaires communistes, au Sénat après l’Assemblée, restent entièrement mobilisés aux côtés des salariés. Ils et elles prendront dans les jours à venir, et dans le débat au Sénat à partir du 5 octobre toutes les initiatives nécessaires pour continuer à porter la voix du mouvement engagé dans le pays.

Le Parti communiste français soutiendra toutes les formes d’action décidées par les salariés et leurs syndicats dans l’unité. J’appelle les militantes et les militants communistes à multiplier les initiatives dans les prochains jours : soutien à toutes les actions de lutte sur le terrain ; carte postale à envoyer massivement à l’Élysée ; signature de la pétition autour du projet de loi alternatif élaboré par les parlementaires communistes et du Parti de Gauche qui a déjà recueilli plus de 150.000 signatures…

Ce soir, nous adressons à Nicolas Sarkozy un message clair: «  Assez, Monsieur le Président, nous ne lâcherons pas ! ». Une autre réforme des retraites est possible. Maintenant, nous savons que nous pouvons la gagner.

Pierre Laurent Secrétaire national du PCF 

Read Full Post »

Older Posts »