Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2010

Les communistes, à Rouen comme partout en France, ont été à l’offensive continuellement en juillet et août. Des dizaines de milliers de personnes ont apporté leur soutien à la proposition de loi des députés communistes et du parti de gauche pour une autre réforme des retraites.

Ils participeront en masse aux manifestations à venir et mobiliseront les citoyens aux dates suivantes :

– samedi 4 septembre, 14h30, place Saint-Sever Rouen contre la xénophobie

– mardi 7 septembre, 10h00, cours Clemenceau pour défendre le droit à la retraite

– mercredi 29 septembre, partout en Europe, contre l’austérité

Sans oublier l’immense Fête de l’Humanité les 10, 11 et 12 septembre qui sera un rendez-vous social, festif et politique exceptionnel

Ci-dessous, le journal des communistes de Rouen qui est en cours de diffusion sur toute la ville :

Publicités

Read Full Post »

Le 26  août  la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Madame Pécresse est attendue au Havre pour inaugurer une centaine de conteneurs transformés en logements. Cette visite à l’heure où les étudiants sont encore en  vacances témoigne de la crainte du gouvernement à affronter la colère étudiante face à la remise en cause du droit à l’aide au logement. 

Cette inauguration à visée « médiatique »  ne doit pas masquer la situation  actuelle caractérisée par la pénurie de logements sociaux pour les étudiants. Il y avait 100 000 places de logements sociaux  en 1960 pour 200 000 étudiants, il n’y en a aujourd’hui que 160 000 pour 2,2 millions d’étudiants. Seulement 7% des étudiants peuvent trouver un logement au CROUS et à peine le tiers des boursiers. Aujourd’hui. 52% des étudiants sont ainsi contraints de se tourner vers le parc locatif privé avec des loyers élevés.

 Le gouvernement ou siège Madame Pécresse est doublement responsable de cette difficulté des étudiants à se loger décemment : 

– En ne respectant pas ses engagements en termes de financement de constructions de logements gérés par les CROUS (il manque aujourd’hui 17 000 constructions et 11 000 réhabilitations pour atteindre les objectifs annoncés déjà insuffisants). Le rapport Anciaux de 2004 préconisait la construction de 5 000 logements et la rénovation de 7 000 autres, par an, sur la période 2004-2014. Nous en sommes loin. Ce sont aujourd’hui encore une fois les collectivités  territoriales qui agissent pour suppléer au manque de crédits d’Etat nécessaires afin d’équilibrer les opérations de constructions de résidence sociales étudiantes. C’est notamment le cas  dans l’Agglomération Rouennaise.   

  – En annonçant au début de l’été sa volonté d’interdire aux étudiants et à leurs parents de cumuler les aides personnalisées au logement et le demi part fiscale. Cette mesure injuste et brutale qui représente un désengagement de plus de 460 millions d’euros  aggravera l’accès au logement pour les 450000 étudiants concernés qui dépassent les plafonds boursiers et pour lesquels l’aide au logement représente le seul soutien financier de l’Etat. Interdire le cumul entre l’aide au logement et la demi part fiscale des parents, c’est comme le dit l’UNEF demander aux étudiants de choisir entre se couper un bras ou une jambe.  Cela aura pour conséquence d’accroître la précarité, les galères de logement, et de pousser les plus fragiles à renoncer ou à abandonner leurs études. 

 À l’heure des grandes réductions de la dépense publique, annoncées à Brégancon  pour rassurer les marchés financiers, les étudiants sont donc touchés eux aussi de plein fouet par la rigueur de la politique gouvernementale  Après le dossier des retraites qui ne présage rien de bon pour l’avenir de la jeunesse, la politique  gouvernementale fragilise encore plus la période de formation des jeunes  L’heure est plus que jamais à la mobilisation des étudiants et des salariés contre la politique injuste de ce gouvernement.  

 Didier Chartier 

Conseiller municipal  délégué au logement social étudiant  

Groupe des élu-e-s communistes et citoyen de la ville de Rouen 

  

Read Full Post »

Nous vivons un moment inquiétant pour tous les démocrates. La fuite en avant xénophobe et sécuritaire auquel se livre le pouvoir sarkozyste est d’une gravité extrême. Chaque jour qui passe apporte son lot de provocation, de recherche de nouveaux boucs émissaires. Roms, musulmans,immigrés… La liste est trop longue de tous ceux que le gouvernementmet à l’index, engagé qu’il est dans une sordide course avec le FrontNational. La situation est tellement préoccupante que même le New YorkTimes s’est ému du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy.

L’objectif de cette opération nauséabonde est cousu de fil blanc. Il s’agit de masquer le triple mensonge d’une politique en chute libre dans les sondages. Nicolas Sarkozy avait promis de restaurer la valeur travail ? Mensonge. Il met à sac les retraites des Français, produits de toute une vie d’intense labeur. Nicolas Sarkozy avait promis une République exemplaire ? Mensonge encore une fois. Les soubresauts du feuilleton Woerth-Bettencourt dévoilent chaque jour un peu plus la promiscuité du pouvoir en place et des milieux d’affaires. Nicolas Sarkozy avait fait de la sécurité sa priorité ? Mensonge, encore et toujours. L’heure est au désengagement de l’État (-3500 postes de policiers supprimés pour 2011) et le recours aux officines privées de sécurité est maintenant ouvertement envisagé tandis que les maires sont mis au banc des accusés !

En décidant de délibérément créer une sous-catégorie de Français : les « Français d’origines étrangères », le Président de la République a choisi de rompre le pacte républicain, lui qui en est pourtant le garant. Quelle sera la prochaine étape ? Le pire est à craindre quand un chef de l’État décide de mettre à mal l’article premier d’une constitution pourtant admirée et copiée à travers le monde entier. Nous sommes – et je pèse mes mots – face à l’émergence d’un forme de racisme d’État inacceptable qu’il nous faut combattre de toutes nos forces et sans tarder. Le rassemblement du 4 septembre à l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme sonne comme une étape importante en cette rentrée, tout comme sera tout aussi déterminante la mobilisation du 7 septembre pour faire reculer le gouvernement sur son projet de casse de nos retraites. On peut compter sur le Parti communiste français pour, avec beaucoup d’autres j’en suis certain, faire reculer l’ignominie de là ou elle n’aurait jamais du sortir : de la fange.

Pierre Laurent Secrétaire national du PCF Paris, le 18 août 2010

Read Full Post »

Fin des UTeQ, un pas de plus vers le tout répressif

Le ministre de l’intérieur vient d’annoncer la fin des UTeQ (unité territoriale de quartier) qui depuis 2008 étaient un petit pas vers une police de proximité supprimée en 2002 par Nicolas Sarkozy. Les élus communistes et citoyens avaient approuvé la mise en place sous certaines conditions d’une unité territoriale de quartier sur les Hauts de Rouen en déclarant  « Le retour à des policiers îlotiers ancrés dans les quartiers et proches de la population va dans le bon sens et nous le réclamons depuis longtemps (…). Que vont devenir les 22 fonctionnaires de police qui composaient cette unité demain  dont les liens avec le tissus associatif et les habitants méritaient certes d’être renforcés  ?

Le ministre de l’intérieur  dont l’action est axée uniquement vers le répressif veut remplacer les UTeQ par des « Brigades spéciales de terrain » mobiles composées de policiers travaillant en tenue d’intervention et de façon plus « musclée ». C’est le contraire d’une police de proximité expérimentée, menant une action de prévention, de dissuasion et de répression s’il le faut. On assiste ainsi  à une militarisation de la police investissant les quartiers populaires sous des formes spectaculaires  brutales et inefficaces en attisant les tensions.

Dans le même temps l’Etat se désengage en supprimant 3500 postes de policiers en 2011 et en incitant au développement de la vidéo surveillance aux frais des communes, impose la rigueur aux moyens de la justice  et réduit les moyens des collectivités locales et des associations qui mènent des politiques de prévention et d’éducation dans les quartiers.

Avec la surenchère sécuritaire il s’agit de tenter de faire parler d’autre chose que de la contre-réforme des retraites, de la casse des acquis sociaux et des profits boursiers qui reprennent de plus belle.

Le bilan de Nicolas Sarkozy et de la droite dans le domaine de la sécurité comme dans beaucoup d’autres est catastrophique. Pire, sa politique alimente les causes de l’insécurité, accroit les ségrégations sociales et territoriales qui favorisent  les violences.

Le droit à la sécurité pour tous , en particulier des habitants des quartiers populaires est une question forte et sérieuse qui mérite mieux que de devenir un fond de commerce pour un gouvernement et des élus de droite en mal de popularité et souhaitant récupérer des électeurs du Front National. 

Les élus communistes et citoyens condamnent la création de ces « BST » et l’escalade sécuritaire qui nourrit-elle même la violence, et agissent pour que l’on redonne la priorité à la prévention par le développement de moyens humains sur le terrain notamment en redéployant dans tous les quartiers une police de proximité plus proche des habitants.

L’heure est à la mobilisation et au front commun pour mettre en échec les projets liberticides de Sarkozy et de ses ministres  Hortefeux et Besson . Les rassemblements le 4 septembre à l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme seront une étape importante en cette rentrée, tout comme sera tout aussi déterminante la mobilisation du 7 septembre pour faire reculer le gouvernement sur son projet de casse de nos retraites

Rouen le 17/08/2010

Read Full Post »

Les plus hautes autorités de l’Etat ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc.

Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.

Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires. Ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.

La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.

Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.

Nous appelons à une manifestation le samedi 4 septembre 2010, place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France, afin de fêter le 140e anniversaire d’une République que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle.

Signez la pétition en ligne à l’adresse suivante : http://nonalapolitiquedupilori.org/

Read Full Post »

La Fête de l’Humanité c’est un espace unique, festif et convivial où la solidarité, les débats se mêlent à la culture. C’est une multitude de concerts d’exception, d’animations de rue, du théâtre, des expositions. Cette année, la Fête de l’Humanité fête ses 80 ans : trois jours dignes de ce vénérable anniversaire !

La plus grande fête politique de France se déroulera les 10, 11 et 12 septembre prochains. Trois jours de spectacles… accessibles à tous, 50 concerts, des expos, des débats, un village du livre, du théâtre… avec Jacques Dutronc, The prodigy, Simple Minds, Madness, Caravan Palace, Raggasonic, Alain Souchon, un hommage à Jean Ferrat, Agnès Bilh et ses invités, l’ensemble de cuivres de l’Orchestre philharmonique de Radio France et bien d’autres encore !

Billet (Pré-vente 19€, sur place 25€) valable pour l’ensemble des concerts sur les 3 jours de la fête de l’Humanité.  Gratuit pour les moins de 15 ans.

Le programme complet :

Vendredi 10 septembre
Grande Scène :

– Danakil
– The Prodigy
– Raggasonic.

Scène Zebrock :

– Agnès Bihl et ses invités
– Cécile Hercule
– The Popopopops.

Samedi 11 septembre
Grande Scène :
– Caravan Palace
– « Hommage à Jean Ferrat »
– Alain Souchon
– Simple Minds
– Madness.

Scène Zebrock :
– Juan Rozoff
– Dee Nasty
– Mamienco
– The Push Up
– D’ de Kbal.

Dimanche 12 septembre
Grande Scène :
– L’ensemble de cuivres de l’Orchestre philarmonique de Radio France
– Jacques Dutronc

Scène Zebrock :
– Volo
– Boogie Balagan
– Aschehougite Thomas PITIOT et E’one Scène Jazz’Hum’Ah

Moyens d’accès – Parc de la Courneuve (Utilisez de préférence les transports en commun)

Par le Métro : Ligne 7 Station « La Courneuve 8 mai 1945 » puis navette RATP

Par le RER B : Station « Le Bourget » puis navette RATP

Par le Tramway : Ligne T1 Station « La Courneuve 8 mai 1945 » puis navette RATP

Par la route : Nationale 2 depuis Porte de la Villette, en suivant le fléchage

Par l’autoroute A 86 : Sortie La Courneuve – 6 routes, puis suivre le fléchage

Pour obtenir un pass valable pour les trois jours : pcfrouen@yahoo.fr – Prix : 19 euros (sur place : 25 euros).

Read Full Post »