Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2010

Le RESF s’indigne de l’internement au centre de rétention d’Oissel de quatre familles géorgiennes originaires du Doubs, dont 9 enfants de trois mois à douze ans. Ces familles étaient en procédure de réadmission vers la Suède et la Pologne.
Lundi dernier, elles ont subi un transport éprouvant depuis l’est de la France vers Oissel. Le lendemain, deux familles ont été expulsées l’une vers la Suède, l’autre vers la Pologne. La troisième famille a été libérée par le Juge des libertés et de la détention. La quatrième famille, qui avait un bébé de trois mois, et deux autres enfants, a dû attendre mercredi soir pour être libérée en appel.

Nous nous élevons contre la politique d’immigration mise en œuvre par l’état, contre les expulsions, qui conduisent à la violation des droits fondamentaux de l’enfant et de la personne humaine.

Qui peut tolérer la mise en rétention d’enfants, de bébés ?

Read Full Post »

Read Full Post »

Depuis 5 ans, Salah HAMOURI, jeune français de 25 ans est en prison en Israël. Il n’a tué personne, n’a commis aucun délit. Il a pourtant été condamné à 7 ans par un tribunal militaire d’occupation israélien, tribunal illégal aux sentences illégitimes par définition.

Il est en prison pour raison politique : il refuse l’occupation de la Palestine. C’est son droit et c’est à son honneur. Sur toute la planète, il est le seul français en prison pour motif politique !

Depuis 5 ans, le gouvernement refuse de demander sa libération !

De plus, malgré toute les demandes de sa mère, native de Bourg en Bresse, mais aussi de dizaines de parlementaires de tous bords politiques, le gouvernement refuse obstinément de recevoir sa famille.

Le gouvernement a portant reçu les familles de tous les français se trouvant en difficulté à l’étranger, dont les parents de Gilad SHALIT.

Cette discrimination est inacceptable.

http://www.salah-hamouri.fr/

Read Full Post »

A l’occasion des cérémonies du 65ème anniversaire du souvenir des victimes et des héros de la déportation organisée par la ville de Rouen la déportation homosexuelle sera enfin associée au devoir de mémoire.

La conscience collective garde en mémoire, à juste raison, la déportation et l’extermination des juifs, des tziganes, des résistants, des communistes. La déportation d’hommes et de femmes en raison de leur sexualité fut aussi une réalité de la barbarie nazie.

Revendiquée depuis de nombreuses années par le Collectif Comme ça et aujourd’hui par l’association LGBT Droits de Cité la cérémonie officielle du souvenir des héros de la déportation, organisée le dimanche 25 avril à 11h30 au Palais de Justice de Rouen associera un représentant de la communauté homosexuelle qui déposera une gerbe avec les autorités officielles.

La précédente municipalité rouennaise refusait le droit aux associations de participer à un dépôt de gerbe dans le cadre de la cérémonie officielle du Souvenir de la Déportation, afin de commémorer la mémoire des Triangles Roses exterminés par les nazis.

L’an passé, le Maire de Rouen Valérie Fourneyron avait tenu dans son discours à associer à l’hommage public tous les déportés, juifs, communistes, résistants, tsiganes, homosexuels et autres victimes de la barbarie nazie. Le dépôt d’une gerbe par un représentant de la communauté homosexuelle avait été dissocié de la cérémonie officielle. Cela ne sera plus le cas dorénavant.

Cette reconnaissance officielle est le résultat d’un travail constructif et opiniâtre mené avec les associations avec le soutien de notre camarade Hélène Klein, Adjointe au Maire de Rouen chargé de la lutte contre les discriminations qui a permis de parvenir à un accord avec les autorités.

Les élu-e-s communistes et citoyens qui agissent aux cotés de celles et ceux qui luttent pour l’émancipation humaine se félicitent de cette avancée qui fait suite à l’instauration de la célébration civile du Pacs en Mairie.

Read Full Post »


Read Full Post »

Le groupe des élu-e-s communistes et citoyen de la Ville de Rouen réaffirme son engagement à défendre sur notre territoire les sans papiers et exige que les expulsions soient immédiatement stoppées et que toute procédure de renvoi soit suspendue.

Il s’insurge contre la situation qui est faite à deux  membres  de la famille Karapetian qui viennent d’être arrêtés jeudi matin dans le foyer  où elles habitent. Mme Karapetian et sa fille ont été emmenées  au Centre de rétention de Oissel au moment même où le réseau RESF avait rendez-vous en préfecture pour faire valoir des situations de familles de sans papiers.

Le Gouvernement ne comprend pas ce que « Droits de l’Homme » signifie et persiste à renvoyer dans des pays des hommes et des femmes susceptibles d’être menacé-e-s, torturé-e-s ou même tué-e-s. La politique du gouvernement conduit à ce que le droit d’asile ne soit plus une réalité en France.

Nous appelons donc les citoyens à résister à cette politique scandaleuse faite de nouveaux objectifs d’expulsion d’étrangers (27 000 par an), d’enfermement d’enfants dans des centres de rétention, du délit de solidarité avec les sans-papiers, d’expulsion des exilés vers certains pays en guerre au mépris du droit d’asile auxquels s’ajoutent la multiplication des contrôles d’identité au faciès, enfin la naturalisation à la carte, préfecture par préfecture, qui rompt avec le principe d’égalité…

Les membres de la  famille Karapetian ont dû quitter l’Arménie parce qu’ils ne pouvaient plus y vivre en sécurité. Ils sont arrivés en France en 2007 : ils ont alors effectué une demande d’asile auprès de l’OFPRA qui a rejeté leur demande par deux fois. 

Depuis le 4 août, M. et Mme Karapetian, ainsi que leurs deux filles  Hélène et Marine (21 et 23 ans), font l’objet d’une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français). Ils sont expulsables à tout moment. Soyons nombreux à les entourer de notre solidarité et de notre protection lors du passage devant le juge des libertés ce samedi matin à partir de 9 heures en nous rassemblant nombreux devant le Palais de Justice à l’appel de RESF.

Read Full Post »

La droite et sa politique ont été lourdement sanctionnées lors des élections régionales.

Pourtant, elle est restée sourde aux revendications des urnes et de la rue. Nicolas Sarkozy n’en a tiré à ce jour aucun enseignement et a affirmé vouloir maintenir le cap de sa politique.

Il semble qu’aujourd’hui, au sein même de sa majorité, les doutes et les interrogations se multiplient notamment sur le bouclier fiscal.

Le PCF n’a cessé de demander la suppression de ce dispositif fiscal particulièrement injuste profitant aux plus riches comme à Rouen lors d’un rassemblement organisé par les communistes de la ville. Chaque année, avec cette incroyable mesure initiée par Sarkozy qui permet aux plus fortunés de pouvoir toujours gagner plus alors que le reste de la population doit faire des sacrifices, l’administration reverse une moyenne de 368 000 euros aux contribuables les plus riches soit l’équivalent de 30 années de SMIC ! Dans le même temps, le prix du gaz augmente de 10%. Alors que le groupe GDF-SUEZ annonce un bénéfice net de 4,5 milliards d’euros, c’est encore aux Français-e-s qu’on demande de piocher dans leur budget. Après cet hiver particulièrement rude et la nécessité de se chauffer, cette très mauvaise nouvelle risque d’avoir des conséquences dramatiques pour les familles les plus modestes.

Dans un contexte de crise économique qui entraine chômage, baisse des salaires et du pouvoir d’achat, il est impératif de mettre fin à cette mesure injuste qu’est le bouclier fiscal et de cesser de demander toujours aux mêmes de payer toujours plus !

Read Full Post »