Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2010

Les élections régionales seront un moment fort permettant de signifier l’opposition à cette politique qui n’assure aucunement la réussite de tous les jeunes.

De toute la Région Haute-Normande, des enseignants se mobilisent avec le Front de gauche qui, avec la liste de la gauche combative conduite par Sébastien Jumel, permettra de donner un prolongement politique aux mobilisations sociales ayant touchées le monde de l’enseignement ces derniers temps.

Ci-dessous, l’appel qui sera diffusé prochainement.

Format pdf ici : appel enseignants

Pour signer cet appel, envoyer un email à : soutien@jumel-regionales2010.fr

Publicités

Read Full Post »

Read Full Post »

Allain Leprest a adressé au comité de soutien à la liste de la gauche combative en Haute-Normandie conduite par Sébastien Jumel et soutenue par le Front de Gauche (PCF, Parti de gauche, Gauche Unitaire, République et socialisme) le texte suivant.
Venue l’heure des échéances électorales, il devient habituel de voir figurer des signatures d’artistes, d’acteurs de la sphère culturelle, au côté de celles des membres de la vie associative, syndicaliste ou sportive, de personnalités civiles soulignant leur choix, leur préférence pour une liste, un candidat en présence. En démocratie qui se plaindrait de la possibilité offerte à des citoyens comme les autres (si ce n’est leur médiatisation ou leur rôle dans la société) d’intervenir, sauf par calcul au cœur d’enjeux déterminants, d’y apporter leur grain de poivre… et de ciel !

Rien de ce qui affecte notre société au quotidien, aucun projet d’avenir ne peut être étranger à l’univers des gens du spectacle, les débats qui surgissent de façon aigue lors de chaque scrutin dessinent les urgences sous l’effet des projecteurs.

Acteur au sens artistique et dans le même temps de la scène sociale, pourquoi ne pas abattre nos cartes de manière plus visible ? Il est aujourd’hui bien d’autres branches professionnelles qui affrontent résolument le même ennemi incarné. Sous des oripeaux changeants il porte un nom : le Libéralisme. Pour le combattre fondons ensemble luttes et réflexions. Mêlons l’Utopie à la lucidité, la réserve au courage, la quête à la clairvoyance.

Danseurs, comédiens, peintres, cinéastes, circassiens, architectes, musiciens, stylistes… conteurs…cigales… ne nous en laissons plus conter !

Notre participation aux élections régionales est une exigence et doit nous conduire à plus d’implication tant le pouvoir en place tient à garder ses instances sous la coupe des seuls professionnels de la politique.

Ainsi, nous, signataires, appelons à voter pour le « Front de Gauche », marquant ainsi notre attachement à ces territoires, refusant de voir décroître leurs pouvoirs pour y faire enfin entendre nos voix.

Nous appelons à élire des femmes et des hommes qui ont prix l’engagement de siéger à tous les postes et tous les niveaux de l’Assemblée afin d’en découdre, avec toute l’efficacité que leur donnera leur représentation, contre la droite.

Comme il est facile pour beaucoup de média, et pourquoi ne pas le dire certains artistes, d’entonner la ritournelle du « cœur des artistes » qui battrait nécessairement… physiologiquement à gauche ! Piège et demie-vérité à la fois.

La signature que nous apportons au « Front de Gauche » n’est pas la traduction de cette vague et prétendue générosité. Elle se situe au cœur du mouvement des luttes, en concordance avec elles.

Le « Front de Gauche » est une alliance qui se veut durable, en rupture avec les vieilles lunes des compromissions et des rapprochements de circonstance. C’est de bonne augure pour le monde de la création plus à même, et pour cause, à déceler les mises en scène boiteuses et les flous artistiques foireux.

Ici prendre position, avoir une opinion, n’est pas témoigner d’étroitesse d’esprit. Ce Front ouvre un débat et inaugure un contrat entre le monde de la culture, celui du travail, la cité et les élus.

Ami, amies, collègues, amoureux du spectacle vivant, de la rue, du livre, du voyage du corps et des mots, offrons-nous un gage d’avenir, d’échange et de construction durable.

POUR UN « TOUT A GAUCHE »
UN « RIEN QU’A GAUCHE »
Votez, Faites voter « FRONT DE GAUCHE »

Le 17 janvier 2010

Read Full Post »

Déclaration solennelle

« Depuis plusieurs jours, une succession de déclarations de dirigeants politiques affichent une « volonté de consensus » pour remettre en cause la retraite à 60 ans.

Le Président de la république Nicolas Sarkozy dans ses vœux aux Parlementaires s’est félicité d’un rapprochement de points de vue entre la majorité présidentielle et la gauche. François Fillon a assuré le service après-vente d’une telle déclaration. Le Parti socialiste, sa première secrétaire, ses dirigeants les plus influents, François Hollande, Jean-Marie Le Guen et Manuel Valls actent chacun à leur façon du caractère inéluctable d’un premier recul à 61 ans ou 62 ans de l’âge légal. Ils remettent ainsi en cause la première mesure prise en 1981 : l’abaissement de 65 à 60 ans de l’âge légal de la retraite, qui était un choix de société.

Tous, au nom d’un modernisme qui irait de soi, avancent que ce serait le seul moyen de sauver notre système de retraite. Le Medef par la voix de madame Parisot, se réjouit d’un consensus en construction sur des bases… qu’il a toujours préconisées ! Si l’allongement de l’espérance de vie est un fait, il n’entraine pas, contrairement à ce que d’aucun affirme, l’obligation ou la nécessité de reporter l’âge de départ à la retraite. Le Medef oublie de s’interroger sur les plans de licenciements qui frappent des centaines de milliers de nos concitoyens de plus de 50 ans et les confinent à l’assurance chômage puis aux allocations de fin de droits, sans jamais pouvoir retrouver un emploi. Dans le même temps, faire travailler plus longtemps les salarié-e-s, c’est également réduire les possibilités d’accès à l’emploi pour les jeunes. Le gouvernement et le Medef portent ensemble la lourde responsabilité d’avoir amené dans l’impasse les discussions sur les métiers pénibles. N’oublions pas non plus les gains considérables de productivité et les profits qui continuent de battre des records malgré la crise financière. C’est cette politique qui fragilise gravement les ressources de l’assurance vieillesse. Les député-e-s communistes, républicains, du parti de gauche exigent une réforme profonde du financement des retraites par la mise à contribution des revenus financiers des entreprises et des banques et par une politique de création d’emplois, d’augmentation du pouvoir d’achat, des salaires et des pensions. Au même titre que la taxe Tobin dédiée à l’aide au développement, une telle taxation permettrait sur ce secteur de l’économie d’apporter des dizaines de milliards d’euros au financement des retraites. Elle permettrait également de ne plus faire supporter aux seuls revenus du travail la charge du financement.

La droite a clairement annoncé que 2010 serait l’année de la révision de notre système de retraites. La gauche, le parti socialiste, ne doivent nourrir d’aucune manière cette nouvelle atteinte aux droits des salarié-e-s qui est en préparation. L’appel au « réalisme » est trop souvent annonciateur de capitulation. Nous disons non, résolument non, à ce recul de civilisation. Nous proposons une réforme progressiste des retraites et des pensions.

 » Les Député-e-s communistes, républicains, du parti de gauche : Marie-Hélène Amiable, François Asensi, Huguette Bello, Martine Billard, Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean-Pierre Brard, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, André Chassaigne, Jacques Desallangre, Marc Dolez, Jacqueline Fraysse, André Gérin, Pierre Gosnat, Maxime Gremetz, Jean-Paul Lecoq, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean-Claude Sandrier, Michel Vaxès

Read Full Post »

Plus de 3000 personnes ont manifesté à Rouen le 21 janvier 2010 contre la réforme territoriale et la loi dite de mobilité et des parcours professionnels, votée fin juillet 2009 et qui remet en cause, de fait, la garantie de l’emploi pour l’ensemble des fonctionnaires.

Les militants du Front de gauche (PCF, parti de gauche, Gauche unitaire, République et socialisme) étaient présents pour populariser la liste de la gauche combative conduite par Sébastien JUMEL. Rassemblée, cette liste représente une offre politique qui fait échos aux mobilisations sociales de ces derniers mois. C’est d’ailleurs un très bon accueil qui a été fait à l’invitation à rejoindre le comité de soutien à la liste : plus de 120 signatures reccueillies!

 

 

Read Full Post »

La campagne de la gauche combative, autour de la liste des partenaires du Front de gauche – PCF, Parti de gauche, Gauche unitaire, République et socialisme – promet d’apporter un nouveau souffle pour la Haute-Normandie :

– plus de 200 personnes présentes à Rouen ce 20 janvier 2010
– des interventions de représentants du mouvement social très variées
– l’appel au rassemblement des leaders du PCF, du Parti de gauche, de la Gauche unitaire et de République et socialisme de Haute-Normandie et l’appel de « pour un tout à gauche un rien qu’à gauche! » de Jean-Luc Lecomte et de Sébastien Jumel
– une première liste de 500 personnes appellant à voter Sébastien Jumel ( des centaines de nouveaux noms devraient arriver au siège du comité d’initiatives et de soutien dans les jours à venir)

Dans les jours et les semaines à venir, la campagne va prendre de l’ampleur. Participez à cette campagne, rejoignez le comité de soutien (en envoyant un email à pcfrouen@yahooo.fr qui transmettra au comité d’initiatives et de soutien à Sébastien Jumel).

Read Full Post »

Le groupe des élu-e-s communistes et citoyens tient à réaffirmer sa volonté d’une pérennisation et du développement de l’offre de cinéma Art et Essai sur notre ville. Le soutien financier des collectivités publiques dont la ville de Rouen a permis d’assurer jusqu’à aujourd’hui les conditions d’un équilibre d’exploitation toujours précaire pour ce type de diffusion.

 Le paysage cinématographique a beaucoup évolué ces dernières années notamment avec le choix contestable et sans concertation du précédent Maire de Rouen d’encourager l’implantation de 14 nouvelles salles aux docks 76. Ce nouveau contexte nécessite une intervention plus large des collectivités publiques, notamment de la CREA, pour défendre la diffusion du cinéma d’auteur et les films ignorés par les majors de l’industrie cinématographique.

Devant rendre des comptes sur les conséquences néfastes de ses choix en ce domaine, la droite locale essaie de tirer profit de l’inquiétude concernant l’avenir du Melville. Pourtant l’ancienne équipe municipale est disqualifiée pour prétendre défendre les intérêts des rouennais et du cinéma Art et Essai. C’est sous sa responsabilité et celle de l’ancien Maire que l’ouverture du Multiplexe des docks a acté la fermeture des Gaumont en centre ville. Alors qu’une négociation de rachat des salles du Gaumont République aurait pu être menée avantageusement par la ville en contrepartie de l’ouverture des Multiplexes, c’est l’actuelle municipalité qui a du négocier le prix d’achat dans des conditions moins favorables. Grace à cette acquisition des Gaumont République adoptée à l’unanimité par le conseil municipal, la ville garantit la présence durable d’un lieu d’animation et de diffusion cinématographique de centre ville, qui élargira la diffusion de l’offre Art et essai sur la base d’un cahier des charges ambitieux.

Le dépôt de quatre projets s’appuyant, pour trois d’entre eux, sur des acteurs locaux, démontre l’intérêt pour l’offre publique de la ville. On ne peut que se féliciter de la présence du Melville en association avec d’autres professionnels parmi les candidats ayant souhaité défendre un projet d’exploitation des salles du cinéma République. Le Melville a eu, depuis de nombreuses années, un rôle essentiel pour donner à voir un « autre » cinéma sur notre ville et l’agglomération, pour promouvoir le festival du cinéma nordique et l’ouverture au monde associatif. Ceci dans un contexte de concurrence exacerbée et de standardisation de la diffusion, avec le développement des grands multiplexes détenus par les majors.

 Le choix du futur délégataire du cinéma République doit se faire selon nous avec l’objectif de préserver une diffusion indépendante et élargie, susceptible de conquérir de nouveaux publics. L’exploitation menée par des professionnels reconnus dans le domaine Art et Essai doit avoir la volonté de préserver et de valoriser la diversité et le pluralisme, et de favoriser une réelle association des publics ainsi qu’un partenariat avec le monde associatif. Nous souhaitons que l’association locale de défense du cinéma Art et Essai « le Deuxième souffle » soit associée tout particulièrement aux différentes étapes à venir.

Nous réaffirmons notre attention à ce que l’exploitation du Melville soit garantie jusqu’à l’ouverture du nouveau cinéma République par le versement au prorata de la subvention 2010 et le versement du solde des subventions restant éventuellement dues.

Read Full Post »

Older Posts »